Aphrodisia [Chap 20]

Chapitre 20

—   Comment sais-tu que j’habite New York ?

C’était impossible qu’Hermès le lui ait dit alors qu’il venait tout juste de quitter mon appartement. Si Hadès m’avait repérée, j’étais une cible facile pour tous les autres Dieux. De quoi me donner quelques cauchemars…

—   Oh… je connais à peu près tous les endroits par lesquels tu es passée. J’ai gardé un œil sur ma filleule préférée depuis qu’elle a quitté le nid, ricana-t-il. Laisse-moi te dire que tu ne t’es pas trop emmerdée pendant les derniers siècles : la Renaissance italienne et Versailles ça devait être pas mal…

—   Tu n’as pas répondu à ma question, lâchai-je véhémente.

De quoi se mêlait-il ?! J’avais fait ma vie loin de l’Olympe et ça s’était très bien passé. Aujourd’hui j’apprenais que pendant tout ce temps, j’avais été espionnée !

—   La vie est ainsi faite mon enfant.

Il n’avait toujours pas apporté de réponse, Hadès était toujours aussi insupportable…

Le Dieu me laissa mijoter encore quelques secondes avant de répondre enfin :

—   Je peux te suivre à la trace, Aphrodite. C’est mon rôle de traquer les âmes pour éviter qu’elles ne s’enfuient de chez moi. Et le truc génial dans tout ça, c’est que ça marche aussi avec les vivants et les Dieux !

—   Je ne savais pas, grommelai-je honteusement.

Toutes ses années de course-poursuite pour échapper à ma famille, alors qu’en fait j’avais perdu d’avance…

—   Je t’avoue que ce don est assez pratique, proclama Hadès. Surtout quand ma nièce se fait la malle.

—   Pourquoi ne l’as-tu pas utilisé pour me livrer ?

C’était totalement illogique, il aurait gagné des points auprès de Zeus s’il lui avait dit où je me terrais.

—   Tu avais besoin de vacances… et mes frères sont des imbéciles. J’adore les voir se triturer le cerveau. Aucun d’eux n’a pensé qu’il suffisait d’un claquement de doigt pour te ramener à la maison : il suffisait de demander ce cher Hadès.

—   Ils n’ont pas pu oublier une chose pareille surtout Zeus. Père ne néglige jamais un détail aussi important !

—   Tu connais très bien ton paternel, mais vois-tu, Zeus a pris ton départ comme une petite crise d’adolescence. Il n’a jamais pensé qu’il se passerait autant de temps avant que tu ne reviennes. Quant à Poséidon, eh bien … disons simplement qu’il était trop bouleversé pour songer à utiliser mes facultés. Tu lui as brisé le cœur Beauté !

Je m’empourprai sur ces derniers mots et Hadès me lança un sourire entendu. Il n’avait jamais était dupe concernant mes sentiments à l’égard de son frère.

—   Toujours amoureuse du mollusque à ce que je vois ! me dit-il en riant.

Il ne se moquait pas de moi, mais de la situation, lui aussi connaissait les amours impossibles. Par mesquerinerie et surtout parce qu’il l’avait bien cherché, je me fis une joie de le lui rappeler :

—   Comment va cette chère Perséphone ?

Le feu dans la cheminée flamba et des braises furent éjectées sur le sol. La colère gronda dans les yeux d’Hadès, mais il se retint d’exploser et me répondit sur une note humoristique :

—   Toujours aussi gai !

Je ris à sa blague, ce n’était un secret pour personne que sa femme avait un faible pour les demoiselles plutôt que pour les messieurs… Il était très mal tombé en l’épousant. Hadès pensait qu’épouser cette femme le rendrait heureux, mais depuis ce mariage, il était encore plus seul qu’avant. Perséphone était une peste qui se désintéressait totalement de son mari, qui pourtant se languissait d’elle.

—   Revenons à nos moutons Aphrodite : tu n’es pas venue ici pour renouer les liens familiaux, mais pour faire affaire non ?

—   Un peu des deux en fait… Mais tu me serais d’une grande aide si tu m’aidais à faire disparaître mon contrat de mariage.

Hadès réfléchit quelques instants, puis trancha :

—   Je suis désolé de t’annoncer une telle chose, mais je ne peux effacer un contrat signé de la main de Zeus.

Il claqua des doigts, un rouleau en parchemin apparut et se déroula devant moi. Je frissonnai en apercevant ma signature et celle d’Héphaïstos en bas de page. À côté, était apposée un énorme Z. C’était la griffe de mon père, il avait officié la cérémonie.

Le Dieu des Enfers dû me voir blêmir, car il me prit le contrat des mains et commença à en relire en silence les closes.

—   Comme tu le sais, ce contrat est toujours en vigueur, lança-t-il avec un sourire machiavélique. Le mariage c’est ad vitam aeternam, chérie. Jusqu’à ce que la mort vous sépare… mais par chance pour toi, la Mort, c’est moi !

—   Je ne suis pas plus rassurée…

Hadès prenait la plupart des sujets à la rigolade, si bien qu’on ne pouvait jamais savoir s’il pouvait demeurer sérieux cinq minutes… J’étais à deux doigts de craquer et il réduisait mes derniers espoirs à néant !

—   Je sais que tu es pressée de quitter ce cher Héphaïstos, mais il n’est pas prêt de mourir, ajouta-t-il. Il se porte comme un charme, il va falloir jouer serré si tu veux te débarrasser de lui…

Je n’avais jamais songé à tuer Héphaïstos. Même s’il m’avait fait vivre des choses horribles, je ne pensais pas qu’il soit juste de lui faire passer l’arme à gauche.

—   Je voudrais juste qu’il se tienne loin de moi, tempérai-je.

—   Dommage… Il aurait fait une âme de qualité dans mes rangs !

—   Que tu crois…murmurai-je pour moi-même.

Hadès arqua un sourcil de surprise, mais ne fit pas de commentaire.

Plus les âmes étaient bonnes et pures, plus elles étaient puissantes une fois aux Enfers. Héphaïstos était un menteur et un tortionnaire. Il aurait fait une très mauvaise recrue… Mais personne à part moi n’avait idée de la véritable nature de mon mari.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Aphrodisia [Chap 20] »

  1. Je ne peux que continuer à confirmer que Hadès est mon nouveau perso préféré 😀 Il est vraiment génial ! 🙂
    Ouuh par contre notre Déesse est vraiment dans la mouise jusqu’au cou…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s