Aphrodisia [Chap 31]

Chapitre 31

Alors que Poséidon venait de quitter la pièce, je me jetais sur mon père et frappait de toutes mes forces dans sa tunique. Les larmes envahissaient mon champ de vision alors que mes coups ne faisaient même pas trembler Zeus.

Il passa ses bras autour de moi et me serra contre lui autant pour me faire cesser que pour me communiquer un peu de son soutien paternel.

   Pourquoi l’as-tu fait partir ? balbutiai-je entre deux sanglots.

La présence de Poséidon m’avait apaisée et je me sentais à nouveau submergée par le chagrin.

   Mon frère a de nombreuses qualités, mais il ne sait pas s’occuper d’une femme. Je ne te laisserai pas souffrir à cause de lui.

   Tu es très mal placé pour parler de ça, arguai-je. Héra a plus de cornes sur la tête qu’un troupeau de bœufs !

Zeus me releva le menton pour me regarder au fond des yeux.

   Justement, il n’y a pas mieux que moi pour te parler de ça. Poséidon et moi sortons du même moule. Nous sommes faits pareil. Je ne veux pas qu’il te fasse subir la même chose que vit Héra jour après jour…

   Mais Père, je l’aime !

Il pinça les lèvres et cligna des yeux.

   Tu es promise à Héphaïstos.

Je poussai un cri perçant en repoussant Zeus des deux mains.

   Tu n’as pas le droit de me faire ça Papa !

   C’est déjà décidé de toute façon. Je pensais que c’était une très mauvaise idée de te marier, mais au moins ça te tiendras éloignée de mon frère.

   Pourquoi fais-tu ça ? Tu m’as toujours laissée décider de ce que je voulais faire…

   On m’a imposé ce choix.

   Personne ne t’impose quoi que ce soit père, dis-je sûre de moi.

Celui qui osait défier le Roi des Dieux était un fou.

   Héphaïstos a menacé de tuer Héra, murmura Zeus en s’asseyant lourdement sur mon matelas en lambeaux.

Mon pauvre lit était déchiqueté, il n’avait pas survécu à la bataille qui s’était jouée entre mes murs.

   Il ne peut pas faire ça, contrai-je. C’est sa mère.

   Il lui en veut de l’avoir estropié. C’est elle qui l’a rendu si laid en le laissant tomber de l’Olympe…

J’étais horrifiée. Le Dieu de la Forge ne méritait pas un tel traitement, même si je ne l’appréciais pas.

   Héphaïstos a fabriqué nos nouveaux trônes à Héra et moi, continua Zeus. C’était un piège. Dès qu’Héra s’est assise, le siège s’est refermé sur elle. Elle ne pouvait plus bouger et le mécanisme allait l’étouffer…

   Vous auriez dû demander de l’aide, au lieu de négocier un mariage stupide !

   J’ai fait chercher Arès. Il n’a même pas réussi à égratigner le trône. Quant à Hécate, aucun de ses sorts n’est venu à bout du mécanisme imaginé par Héphaïstos.

Mon père avait au moins essayé de faire ce qu’il fallait, me consolai-je. Ça n’avait pas suffi.

   Je ne pouvais pas laisser ma Reine mourir. Héphaïstos a promis de la libérer si tu l’épousais. J’ai accepté.

   Mais moi pas… Il suffit de dire que c’était une erreur ! m’exclamai-je.

Zeus avait le regard perdu dans le vague, mais il fit apparaître un parchemin blanc. Ma lèvre se mit à trembler en comprenant qu’il s’agissait du contrat qu’il avait signé à Héphaïstos.

   Il avait tout prévu Aphrodite… Je suis désolé. Personne n’échappe à un contrat que je signe. Pas même moi.

   Que se passera-t-il si je refuse de l’épouser ?

   Je serai obligé de te tuer… Ne me fait pas ça, je n’y survivrai pas ma fille.

J’éclatai en sanglots, en lisant les dernières lignes du contrat :

« La future épouse s’engage à être fidèle durant toute la période prénuptiale et à se présenter à l’autel le jour du mariage. Tout manquement à ces règles entraînera son exécution par le signataire du présent contrat. »

 Ma main tremblante se posa sur mon ventre. Il n’était pas encore rond, mais ça ne tarderait plus à se voir… Je devais faire quelque chose pour protéger mon bébé. Si Héphaïstos apprenait sa venue au monde, il ne ferait pas preuve d’indulgence.

Mon enfant était en danger…

   Héphaïstos est le fils d’Héra… Il sera un bon époux pour toi, me consola mon père en me faisant asseoir à côté de lui.

   Il est tellement laid !

Ce n’était pas le problème le plus grave, mais les autres Dieux étaient au moins agréables à regarder.

   J’éteindrai les lumières du ciel le soir de vos noces. Tu ne seras pas obligée de voir son visage…

C’en était trop ! J’avais l’impression d’être vendue comme du bétail. J’assenai une claque monumentale à mon père.

Le regard glacial qui me lança me calma tout de suite, il ne m’avait pas regardée une seule fois de toute mon existence aussi froidement.

Je n’avais encore jamais vu personne lever la main sur mon père comme ça. J’avais dépassé les bornes. S’il ne m’envoyait pas croupir au fin fond du Tartare, je pouvais m’estimer heureuse.

— Ton sale caractère ne changera jamais ! s’écria-t-il en se levant, choqué de ma conduite. Tu resteras sous haute surveillance jusqu’à ton mariage. Tu as besoin d’une nourrice qui t’apprendras à te contrôler.

   Je m’enfuirai, Père, et tu le sais…

Je devais protéger mon bébé.

   Tu peux toujours essayer Aphrodite, mais ton gardien risque de s’enerver si tu lui fais un sale coup.

J’imaginais déjà un cyclope des mines d’Héphaïstos ou Cerbère, le chien des Enfers. Beurk beurk beurk…

Mais ce que Zeus avait prévu pour moi était bien pire qu’un personnage à un œil ou qu’un petit toutou…

   Hadès ! hurla mon père pour appeler mon gardien.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Aphrodisia [Chap 31] »

  1. On comprend pourquoi ce mariage a été planifié. Il n’a pas eu beaucoup le choix, malheureusement.
    Ahhhh Hadès ! J’ai hâte de le revoir :p
    Je me demande vraiment ce qu’elle a fait pour protéger son bébé 😮

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s