Aphrodisia [Chap 37]

Chapitre 37

Artémis vint me chercher au milieu de l’après-midi. J’étais prête à entrer dans l’arène. Prête à me marier… enfin du moins c’était l’impression que je voulais donner. Pas sûr que je parvenais au résultat escompté.

Nous marchâmes toutes les deux en silence jusqu’à la salle du trône. La Chasseresse me tenait la main en signe de soutien, elle savait que cette union me pesait.

Artémis, déesse pure, ne désirait pas se marier et avait peur que son tour arrive aussi vite que le mien. Ni elle ni moi n’étions faites pour la vie d’épouse, mais pour des raisons différentes. Elle ne s’accommodait pas des hommes, tandis que moi je ne m’accommodais pas d’un seul homme…

Mon amie me demanda si j’avais bien pris mon bain purificateur avant de m’habiller. C’était un rituel très ancien obligatoire avant la cérémonie de mariage. Elle remit ma couronne de roses en place, ainsi que ma robe. C’était un tissu très simpliste, couleur crème. Elle était dégagée sur les épaules et tombait jusqu’au sol. Je n’aimais pas cette tenue, mais elle était de circonstance.

J’attendis avec Artémis dans le fond de la salle. À travers mon voile, je vis que tout avait été décoré avec des rameaux d’oliviers, de lauriers et de grandes tentures blanches.

La cérémonie de mariage serait rapide. Zeus viendrait me chercher et m’amènerait jusqu’à mon époux devant l’autel, puis un sacrifice serait fait en l’honneur d’Héra, Déesse du Mariage. Héphaïstos et moi n’échangerons pas de vœux, mais juste des alliances pour signifier notre appartenance l’un et à l’autre.

Déméter m’arracha à mes pensées en se levant. C’était l’heure. Le mariage allait débuter. La Déesse de la Terre m’amèna un bouquet de roses. C’était mes fleurs préférés, elles sentaient divinement bon. Je m’accrochais à cette odeur pour garder contenance lorsque mon père s’avança vers moi pour m’escorter.

Artémis alla s’asseoir lorsque Zeus prit ma main. Les femmes étaient assises à droite et les hommes à gauche de l’assemblée. Ils ne se mélangaient pas pendant la cérémonie, c’était la tradition.

Quand Pan se mit à jouer de la flûte, le silence se fit dans l’édifice et tout le monde se retourna vers moi. Héphaïstos m’attendait à l’avant. Dans quelques instants à peine, je serai sa femme. Liée à lui pour l’éternité. Une éternité bien trop longue…

Ma main trembla dans celle de mon père pendant que nous nous avancions lentement vers mon futur époux. Zeus posa un regard lourd sur moi, il avait peur que je craque. Je n’en était pas loin. Seule les pensées mon bébé m’aidèrent à mettre un pas devant l’autre sans flancher.

La salle était pleine. Les Divinités majeures étaient à l’avant, mais certains titans et autres dieux de moins d’importance et personnalités se pressaient dans le fond. Personne ne voulait rater le mariage d’Aphrodite…

Au premier rang se tenait Amphitrite avec Dionée, ma mère. Ma sœur triturait quelque chose dans ses main et ne relèva pas la tête vers moi lorsque j’arrivai à sa hauteur. Son comportement était étrange, je m’attendais à plus de soutien de sa part.

Je me tournai vers la gauche, les bancs étaient remplis d’hommes. Hadès me fit un petit signe de tête pour m’encourager. Je parcourai les premiers rangs des yeux, pas de signe de Poséidon.

Le bouquet de roses trembla entre mes mains. Il n’avait même pas osé se montrer…

Je me reconcentrai sur mon promis : Héphaïstos me tendit la main pour que je me place en face de lui. Zeus déposa ma main dans la sienne et nous échangêmes sombrement nos alliances. Héphaïstos et moi étions à présent mari et femme…

Une porte s’ouvrit dans le fond de la salle, j’eus tout juste le temps d’apercevoir un trident disparaître dans l’embrasure. Poséidon venait de quitter la cérémonie précipitamment.

Des larmes perlent à mes yeux. J’espérai que l’assemblée pense que c’était des larmes de joie.

Je me tins droite pour signer le contrat de mariage.

Des femmes m’apportèrent des présents, ils étaient offert par mon époux. Il y avait des parfums, des robes et des bijoux… Tout ce que j’aurais pu espérer si j’avais eu des sentiments pour Héphaïstos et si je n’avais pas craint qu’il me fasse exécuter par Zeus.

Le dernier cadeau était un grand écusson pour porter bonheur à notre maison. Il était entièrement fait de roche noire provenant de la mine d’Héphaïstos. Au milieu de ce morceau de pierre était plantée une rose rouge flétrie par la chaleur de la pierre volcanique.

Ironiquement, ce petit écusson me fit penser à Héphaïstos et moi. J’allais finir étouffée comme cette fleur par son caractère austère. Mon agonie serait semblable à celle de cette fleur : lente mais inévitable…

Du coin de mon œil, j’aperçus Amphitrite. Elle tenait un bracelet en main, c’était celui qui était assorti à ma couronne. Lui aussi portait mes fleurs rouges, elles étaient fânées. Poséidon me l’avait pris en Crête pour garder un souvenir de notre nuit. Aujourd’hui ça ne signifiait sans doute plus rien pour lui…

Ma sœur leva enfin le regard vers moi, je n’y décelai que de la haine.

Elle savait.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Aphrodisia [Chap 37] »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s