Aphrodisia [Chap 39]

Chapitre 39

—   Au cas où l’envie de prendrais de t’enfuir à nouveau, expliqua Zeus. Héphaïstos l’a forgé exprès pour toi. Grâce à ce bracelet, nous ne pourrons plus te perdre.

Mon regard tomba sur mon mari, il dégageait d’énormes vagues de satisfaction. Grâce à son joujou, j’étais coincée ici…

—   Je ne compte pas de nouveau m’évanouir dans la nature, mais je ne compte pas à nouveau vivre ici.

Ma phrase tomba comme un pavé dans la mare. Elle troubla seulement le silence pour le rendre encore plus épais…

Seul Héphaïstos réagit :

—   Tu es ma femme, tu reviendras vivre chez moi ! hurla-t-il.

Mon sang se glaça, mais je fis semblant de rester de marbre. On aurait dit un chien blessé. Je ne fis pas attention à son cinéma, j’avais un as dans ma manche que j’avais durement négociée avec Hadès… Je jouerai cette carte à ma guise.

—   Je ne suis l’esclave de personne ! assénai-je lourdement.

Pour tous les autres, cette phrase n’était qu’une formule banale. Mais pour Héphaïstos et moi, c’était bien plus que cela. Je le menaçai de révéler ce qu’il m’avait fait subir, il avait tout à y perdre.

—   Nous avons un contrat de mariage Aphrodite, il y est inscrit que nous devons partager nos biens. La maison en fait partie.

Le regard de mon mari était noir d’encre, il était furieux que je résiste.

Je ris avec incrédulité. C’était maintenant qu’il me sortait le coup du contrat de mariage, il n’allait pas être déçu du voyage.

Comme pour me donner raison, Zeus fit apparaitre le contrat et le lut à haute voix. Au moment où il prononça la phrase modifiée par Hadès, j’affichai mon plus grand sourire : « Les époux consentent à partager leurs biens, non leur domicile. »

Il me suffisait de me tenir éloignée d’Héphaïstos à présent.

Zeus fut surpris en lisant ces mots, mais rangea le contrat en poussant un soupir de soulagement. Il me sourit légèrement pendant que mon mari fulminait, puis se yeux se posèrent derrière mon épaule gauche.

Je suivis son regard et tombai sur le bras blessé d’Hadès. Il était enveloppé dans un bandage blanc. Le Dieu ne s’était pas rétabli depuis la veille, les flammes avaient beaucoup amoché son bras.

Mon père leva un sourcil, pas dupe du manège de son frère et me fit un clin d’œil discret. Il devait être satisfait que je ne pose pas plus de problème pour mon retour sur l’Olympe. J’étais enfin parvenue à trouver un moyen d’échapper, au moins momentanément, à mon mari.

—   Bien, maintenant que cela est décidé, que comptes-tu faire ma fille ? demanda-t-il.

Je réfléchis un instant avant de répondre, je devais être stratégique et récupérer mon trône, sinon mon contrat avec Hadès serait rompu et je serai à la merci d’Héphaïstos.

—   Je souhaite reprendre ma place parmi vous.

—   Habiteras-tu de nouveau au palais ?

Mon père était plein d’espoir… Mieux valait étouffer cet espoir dans l’œuf immédiatement :

—   Non, je garde mon appartement à New York.

—   Tu ne peux pas vivre avec les humains…

—   Je l’ai fait pendant deux millénaires, ça s’est très bien passé.

J’étais intraitable sur ce point : j’avais besoin d’équilibre dans ma vie et pour cela je devais partager ma vie entre les Dieux et les hommes. Ce n’était pas sain que je ne me contente que d’une vie avec mes congénères. La dernière fois ça avait trop mal tourné pour que je refasse la même erreur.

—   Nous en rediscuterons, trancha mon père.

Il ne voulait pas se fâcher tout de suite avec moi, mais n’était pas d’accord du tout. C’était sa façon de me le faire comprendre.

Une voix nasillarde s’éleva soudain de ma droite. C’était Athéna :

—   J’écoute ce baratin depuis dix minutes et c’est ridicule ! Aphrodite ne peux revenir ici et reprendre sa place dans ce Conseil. D’autres Dieux s’en sont montré bien plus dignes qu’elle pendant son absence…

Je grimaçai de dégoût en tournant ma tête vers Athéna. Elle avait coupé ses cheveux bruns crépus en un carré court qui encerclait son visage. La coupe n’était pas très flatteuse, même pour elle…

La Déesse portait un tailleur gris à jupe longue, assorti à ses yeux. Une none n’aurait pas fait mieux… Au moins elle avait rangé son armure en cuir au placard. Sa chouette brune était posée sur son épaule. Pas de maquillage et des sourcils qui auraient mérité un coup de débroussailleuse… Athéna était très puissante, mais avec un coup de brosse à cheveux et un relooking elle aurait paru beaucoup moins austère.

—   Que proposes-tu Athéna ? demanda Hadès.

Lui aussi se méfiait des idées de ma demi-sœur. Ses plans étaient infaillibles.

—   Si Aphrodite veut revenir parmi nous, elle devra s’en montrer digne. Si nous lui rendons son trône sans qu’elle prouve sa valeur, les Dieux mineurs se révolteront. La situation est déjà trop instable avec eux pour que nous prenions un tel risque.

Je ne savais pas de quoi elle parlait, mais ce n’était pas bon pour moi…

—   Je propose une série de trois épreuves, continua la Déesse de la Sagesse. Aphrodite devra réussir chacune d’entre elle pour retrouver son siège.

—   Dans quels domaines veux-tu tester mes capacités ? demandais-je suspicieuse.

Je ne pouvais pas me faire piéger comme une débutante.

—   Tu devras prouver ta force, ton intelligence et ton courage. Des qualités dont tu manquais cruellement il y a quelques siècles. J’espère que ton séjour sur Terre t’aura servi à devenir un peu plus brave, Déesse de la Beauté.

La voix d’Athéna était tranchante comme une lame de rasoir. Le ton était donné : mon retour ne faisait pas que des heureux…

Publicités

3 réflexions au sujet de « Aphrodisia [Chap 39] »

  1. Très sympathique la demi-soeur 🙂
    Zeus qui lui fait un clin d’oeil haha 🙂 il doit quand même être content d’avoir vu le contrat modifié 🙂
    Je suis sûre que notre Déesse va s’en sortir dans ces épreuves 🙂 s’en sortir, oui, mais avec difficultés, c’est certain.
    Hâte de voir une conversation avec Poséidon ♥♥

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s