Aphrodisia [Interlude]

« Maudites » Partie 1

Flashback

Zeus marchait à côté de moi sur la plage, un sourire aux lèvres. Nous venions d’arriver sur l’île de Méduse et ses sœurs. J’étais contente de passer quelques jours loin d’Olympe.

Le vent me fouettait le visage et l’odeur du sel marin emplissait l’air. Nous marchions entre les dunes de sable pour rejoindre la prairie verdoyante qui envahissait quasiment tout l’îlot.

Le cœur rempli de rêves impossibles, j’avançais lentement aux côtés de mon père.

–     Etais-tu déjà ici ? lui demandai-je émerveillée par tout ce que j’apercevais.

–     Bien évidemment, je viens presque tous les étés. Tu as encore tant de choses à découvrir ma fille, tu es encore si jeune, répondit-il en souriant.

Je me renfrognai quelque peu à cette remarque. C’était toujours la même rengaine : toute la journée on me rabâchait que je n’étais qu’un bébé. Ca ne faisait que quelques années que j’avais atteint l’âge de siéger sur Olympe, mais je me sentais déjà bien assez adulte.

J’étais loin d’imaginer l’étendue de ma naïveté et le nombre de catastrophes qu’une jeune femme qui ne sait pas tenir sa langue pouvait provoquer par mégarde…Pourtant je n’allais pas tarder à le découvrir.

–     Aphrodite ! Dépêche-toi ! Nous sommes attendus pour dîner, me houspilla ma sœur.

J’accompagnai Amphitrite, Poséidon, Dionysos et Zeus dans leur voyage. C’était l’été et nous avions choisi la célèbre île des Gorgones pour y passer quelques jours paisibles. Cette île et ses habitantes étaient connues de tout le pourtour de la Mer Égée pour leur hospitalité.

Des bateaux arrivaient et repartaient sans cesse, chargés de matelots et de marchandises. De nombreuses voiles blanches, amarrées à quelques centaines de mètres de là plages, flottaient au vent.

Méduse était la plus connue des trois sœurs. Elle était sollicitée par de nombreux marins et beaucoup d’hommes venaient séjourner ici rien que pour avoir la chance de l’apercevoir. Elle comptait parmi les plus belles femmes du Monde disait-on. Une beauté à la chevelure flamboyante et aux yeux verts émeraude.

Ni Zeus, ni Poséidon n’avaient contredit les rumeurs qui circulaient sur elle et j’avais hâte d’apercevoir la femme qui faisait vibrer tant de cœurs.

–     Comment est-elle, Méduse ? demandai-je à Dionysos en ôtant mes sandales pour avancer sur la plage.

Le jeune Dieu était un peu plus âgé que moi, mais Zeus semblait déjà l’avoir emmené partout dans le monde. Il ne se promenait jamais sans sa besace remplie d’amphores et de victuailles. C’était un frère attentionné et charmant, même s’il était sobre trop rarement à mon goût.

C’était à cause de l’un de ses mélange ambroisie-vin rouge que j’avais pris ma première cuite il y a quelques mois. Je m’en souviendrais longtemps de celle-là. J’avais fini allongée sur les dalles froides de la Salle du Conseil et j’avais vomi en plein sur la tête de Cronos et de Rhéa…

–     Comment SONT-elles tu veux dire ? Méduse, Sthéno et Euryale sont trois créatures absolument charmantes. On en mangerait ! s’exclama-t-il des étoiles plein les yeux.

Eh bien ! Le vin n’était pas le seul met prévu au menu de mon frère pour le séjour apparemment.

J’espérai pouvoir m’amuser autant que lui. Je trouvais beaucoup moins facilement un amant lorsque mon père était dans les parages. Il avait la fâcheuse tendance à faire tomber la foudre dès que quelqu’un se rapprochait un peu trop près de moi. Se faire cramer les fesses, refroidissait souvent mes prétendants.

–     J’espère que j’aurai une belle chambre avec vue sur la mer et que nous passerons un beau séjour ! m’enthousiasmai-je.

Le paysage était simplement trop fabuleux pour ne pas en profiter. En plus l’île regorgeait d’humains et j’avais hâte de me mêler à eux. Ces mortels étaient fascinants et je n’avais pas encore eu trop l’occasion de les fréquenter.

–     Ne t’en fais pas ma fille. Les Gorgones nous recevrons avec tous les honneurs que nous méritons, me rassura Zeus

–     Elles savent donc qui nous sommes ? demandai-je à moitié choquée.

Zeus mettait toujours un point d’honneur à rester incognito parmi les humains.

–     Elles ne sont pas mortelles. Comme nous, elles descendent des Titans, expliqua-t-il.

–     Allons-y alors ! m’exclamai-je gaiement.

J’avais hâte de rencontrer les femmes qui faisaient tant parler d’elles. Elles devaient être fabuleuses !

Notre petit groupe remonta les collines qui séparaient la plage de la prairie qui occupait tout l’intérieur de l’île. Au centre de ce petit Havre de paix, trônait fièrement un temple majestueux. Il était en marbre blanc et des colonnes ornaient tout son pourtour. L’architecture était majestueuse.

–     C’est le temple d’Athéna. Les Gorgones sont sous sa protection, m’informa ma sœur.

J’avais beau trouver que c’était une pesté née, Athéna avait bâtiment magnifique à sa disposition. J’en étais presque jalouse. J’aurais aussi aimé avoir un point d’ancrage dans ce petit coin de Paradis.

Pendant la marche, je chahutai un peu avec Dionysos. Il était toujours très réceptif à mes taquineries. C’était dans sa nature de bon vivant.

Notre père nous reluqua plusieurs fois avec agacement, mais ne fit aucun commentaire. Quant à Amphitrite et son nouveau fiancé Poséidon, ils marchaient à l’avant tous les deux, main dans la main. Ils ne semblaient pas du tout se préoccuper de ce qui se déroulait autour d’eux.

Lorsque nous ne fûmes plus qu’à quelques centaines de mètres du temple, j’en vis émerger une grâcieuse silhouette de femme. Elle se dirigea droit vers notre groupe, sa robe verte flottant au vent et ses cheveux couleur de feu virevoltants autour de son visage.

C’était indéniablement une beauté et elle devait faire chavirer bien des cœurs de matelots !

Je supposai que c’était elle, Méduse.

Elle vint nous saluer, avec une profonde révérence pour mon père.

Dès lors, ses yeux olive restèrent braqués sur Poséidon. Elle le dévisageait avidement, peu soucieuse de la présence de ma sœur qui tenait encore la main du Dieu de la Mer dans la sienne.

De son côté, Poséidon ne semblait plus du tout intéressé par Amphitrite. Il lâcha brusquement sa main et s’avança vers Méduse pour prendre la sienne et y déposer un baiser.

–     Madame, c’est toujours un enchantement de venir vous voir, susurra-t-il

Un sourire malicieux naquit sur ses lèvres au mot « enchantement » et Méduse parut satisfaite d’avoir réussi à ferrer aussi facilement son poisson. Elle bomba la poitrine pour faire ressortir son décolleté plongeant et rit doucement.

Ce son aigu me sembla tout d’un coup insupportable.

–     Ce plaisir est partagé lorsque vous me rendez visite, Très Cher, renchérit-elle sur le même ton licencieux.

Je sentis une once de colère traverser mon corps de toute part. Le sang battait violement dans mes tempes et je ne ressentis bientôt plus que de la révulsion pour cette guenon qui se permettait de séduire le futur époux de ma sœur.

J’étais tant aveuglée par la haine que je ne m’aperçus pas que deux autres dames s’étaient jointes à nous. Elles aussi étaient fort belles, l’une avait la  chevelure blond cendré et l’autre noire de jais. Si leurs visages n’avaient ressemblé en tout point à celui de Méduse, je n’aurais pu certifier qu’elles étaient sœurs.

Tout comme cette dernière, leur silhouette était longiligne et elles se déplaçaient avec la majesté de reines. C’était sans doute ce qu’elles étaient sur cette île d’ailleurs.

Une fois qu’elles eurent salué toute la compagnie, elles se retournèrent vers Zeus et Dionysos.

J’appris que la blonde aux yeux bleus s’appelait Sthéno, lorsque Zeus la prit par la taille et déposa un baiser ardent sur ses lèvres pleines.

Voilà qui ferait plaisir à Héra !

Je tins pourtant ma langue, pour éviter de déclencher les foudres de mon paternel.

De son côté, Dionysos flirtait ouvertement avec Euryale, la beauté sauvage brune qui se frottait à lui et s’accrochait éperdument à son bras. Au bout de quelques minutes seulement, ils s’éloignèrent tous les deux vers la plage pour y être seuls.

J’allais leur dire de ne pas rester trop longtemps sous le soleil brûlant, mais je me rétractai. Dionysos avait de quoi s’hydrater !

Je ne savais plus que penser de ce voyage… Amphitrite m’avait demandée de l’accompagner car elle n’osait être seule avec son futur époux et Zeus qu’elle trouvait trop impressionnant. J’avais été heureuse de d’accepter, mais je ne pensais pas alors que cette escapade entre divinités n’était autre qu’une visite dans la garçonnière privée de ces messieurs…

Cela ne me choquait aucunement, j’avais déjà eu bon nombre d’aventures. Cependant je ne comprenais pas pourquoi notre présence à Amphitrite et moi-même était requise.

J’étais ulcérée de voir que Poséidon flirtait ouvertement devant le nez de ma sœur alors qu’ils n’étaient même pas encore mariés. Il allait devenir un époux pire que Zeus ! J’espérais sincèrement qu’Amphitrite ne deviendrai pas aussi aigrie qu’Héra. Elle se mariait avec un homme puissant qui n’en avait que faire d’elle… Nous étions arrivés depuis moins de cinq minutes qu’il convolait déjà avec Méduse.

En lançant un dernier regard acéré à Poséidon, qui ne lâchait toujours pas du regard le décolleté de la belle Gorgone, je pris ma sœur par la main.

Hors de question de passer notre séjour à se ronger les sangs pour des hommes qui ne remarquaient même pas notre présence ! De nombreux marins étaient présents sur l’île. Il n’y avait pas de raison pour que les garçons soient les seuls à s’amuser. J’avais bien l’intention de nous trouver, à Amphitrite et moi, des humais décents pour nous divertir jusqu’au bout de la nuit !

Publicités

2 réflexions au sujet de « Aphrodisia [Interlude] »

  1. Ohhh je suis trop contente de lire cet interlude sur le passé des Gorgones et de notre Déesse favorite ! On va aussi voir un tout autre Poséidon et une complicité (je suppose) entre les deux soeurs !
    Et puis, on va peut-être savoir ce qu’il s’est passé pour que les Gorgones ne soient plus celles qu’elles sont aujourd’hui…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s